Nominations du 08 juin 2020 

IMG_20200625_115515

28 nouveaux Départements pour de nouveaux défis

Dschang/UDs/SIC-25/06/20. C’est un vent nouveau qui a soufflé à l’Université de Dschang ce mercredi. Le Recteur de l’UDs, le Pr Roger Tsafack Nanfosso a procédé à l’installation des responsables récemment nommés par décret présidentiel et arrêté ministériel. Il s’agit des responsables nommés pour parachever les reformes antérieures déjà initiées par le Minsesp pour consolider le binôme formation-emploi.  Pour mémoire, le 13 novembre 2018, l’Arrêté no 18/00892/MINESUP, créait ou reformait  en tout 28 Départements dans 5 Etablissements de l’UDs. Depuis lors il a fallu du temps, et  l’arrêté du 8 juin dernier nommait les responsables à la tête de ces départements. La  cérémonie d’installation présidée par le recteur à l’amphi 1000 le 24 juin marquait  l’entrée en vigueur de leurs  compétences pour  conduire ces nouvelles offres de formation. Dans son discours, le Chef de l’Institution a noté que cette réforme est le résultat  Des progrès de la Science dans différents domaines, des besoins nouveaux du marché de l’emploi et de la volonté des dirigeants de proposer des formations d’avantages fonctionnelles. Il s’agit ainsi d’un pas de plus dans la professionnalisation des enseignements, en vue de la mise à la disposition du monde de l’entreprise des citoyens camerounais bien formés capables de relever le défi du développement et de l’innovation. Pour le Chef du nouveau Département de Droit International et Communautaire, le Pr Ngimpieba Tonnang Edouard : « Il ne s’agit pas des adaptations d’ordre pédagogique et didactique, mais des adaptations à la réalité du monde de l’emploi ». Dans cette perspective l’Université de Dschang rend effective la formation de ses étudiants aux nouveaux domaines.

Il s’agit de s’arrimer à la nouvelle exigence de l’Union Africaine prescrite lors de la conférence des Chefs d’Etats tenue à Addis-Abeba en 2018. Cette décision oblige les Universités africaines à intégrer dans leurs programmes d’enseignements les études sur le plan régional. Cette politique est donc implémentée à l’Université de Dschang, notamment à travers la création de nouveaux départements. Le Département de d’Histoire et Archéologie et le département de  Droit International et Communautaire sont des exemples pertinents. La création de ce dernier  fait de l’Université de Dschang la première institution ayant pensé à ce que le droit régional soit enseigné. Il s’agit de former nos étudiants non plus seulement Droit Communautaire-CEMAC ou CEAC, mais au nouveau droit régional tout court. Le Pr Célestine Fouelefack Kana, Chef du nouveau département d’histoire et Archéologie se réjouit de l’introduction de l’Archéologie dans les programmes en tant que discipline à part entière elle pense que   l’UDs s’affirme comme une Université offensive et conquérante qui forme des archéologues et participe à une véritable réécriture de l’Histoire de l’Afrique et partant, de celle du Cameroun. « C’est l’Archéologie qui a révolutionnée l’Histoire. C’est grâce à elle que même les plus sceptiques sont convaincus que l’Afrique est le berceau de l’humanité » affirme-t-elle. Ainsi, l’Université de Dschang s’enrichit et est prête à accentuer la mise sur le marché de l’emploi encore plus de professionnels tel que prévoit l’esprit de la Dynamique Collective. /LBT

Related Blogs

Sed Praesent at Aenean commodo mattis odio dictum