AG de la CRUFAOCI

travaux1

Le nouveau bureau s’engage à travailler pour le rayonnement de l’organisation

Dschang-UDs/SIC-21/02/18.Les travaux du 20 février 2018 ont été marqués par l’élection du nouveau bureau de la Conférence des recteurs des universités francophones d’Afrique et de l’Océan Indien (CRUFAOCI). Au terme de consultations serrées et responsables, Mme le professeur Tidou Abiba Sanogo, présidente de l’Université Jean Lorougnon Guede de Daloa en Côte d’Ivoire a été plébiscitée à la tête de l’organisation. Jusque-là vice-présidente de l’organisation, elle remplace à ce poste le Professeur Mahamout Yaya, recteur de l’Université de Sarh au Tchad. La présidente est assistée de deux vice-présidents : le premier qui est le Prof. Roger Tsafack Nanfosso de l’Université de Dschang représente l’Afrique centrale ; le second en la personne du Prof. Saïdou Mamadou, recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger), représente l’Afrique de l’Ouest. En l’absence de la présidente de l’Université de Daloa, le Recteur de l’Université de Dschang, plus ancien au grade le plus élevé, a assuré la présidence par intérim de la session de clôture. Le nouveau bureau, mis en place pour trois ans, s’est engagé à faire en sorte que la CRUFAOCI ait de nouvelles années de noblesses et que les travaux de l’université de Dschang annoncent un nouveau départ.

Selon le président intérimaire, les chantiers prioritaires sont la promotion de la visibilité de l’institution, l’autonomisation des revues du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) à travers la mise en place des comités scientifiques, et enfin le renforcement du rôle de la CRUFAOCI au sein du CAMES. Ce mandat est placé sous le signe de la dynamique collective car c’est « ensemble que nous ferons de la CRUFAOCI un acteur majeur de la consolidation des liens entre les universités d’Afrique » dixit le recteur de l’Université de Dschang.   

Plus tôt dans la journée, les recteurs et présidents d’universités ont été formés sur la gouvernance universitaire. Le formateur, Prof. Bonaventure Mve Ondo, universitaire, ancien recteur de l’Université de Libreville et Expert-Formateur en gouvernance universitaire, a fait un arrêt majeur sur la bonne gestion des conflits au sein de l’Université. Parce que les universités font face de plus en plus à de nombreuses tensions, les recteurs doivent savoir gérer les conflits afin de créer un climat serein pour les membres de la communauté. Par ailleurs,  il a insisté sur la gouvernance sociale. Il est nécessaire, pour les universités, de créer le savoir-vivre qui impose des règles. De ce fait, il faut un cadre qui définit le vivre-ensemble et établit les valeurs. Pour ce faire, le Prof. Bonaventure Mve Ondo a recommandé aux recteurs de définir une charte de leurs universités. Ainsi chaque membre de la communauté recevra et lira cette charte qui contient les règles de la vie universitaire.

La rencontre de Dschang a connu la participation de 22 recteurs et présidents d’universités. L’ensemble des participants, environ 80, viennent des universités de 13 pays d’Afrique. La session de formation en assurance-qualité, organisée en marge de l’Assemblée Générale, qui a commencé hier, 21 février s’achève aujourd’hui dans les locaux de la Faculté de médecine de l’Université de Dschang.

 

 

Related Blogs

Nullam neque. sit elit. Lorem sem, eget sed luctus risus in massa