Qu’est-ce que le CEDIMES ?

Un réseau académique international francophone

Dschang, SIC/UDs – 05/04/2017. Crée en 1972 par le Professeur émérite Jacques Austruy au sein de l’Université Panthéon-Assas (Paris II), le Centre d’Etudes sur le Développement International et les Mouvements Economiques et Sociaux (CEDIMES) est devenu en 1992 un Institut. Son siège se trouve aujourd’hui à l’Université Paris-Est. Il regroupe une trentaine de CEDIMES nationaux établis sur les cinq continents. Ces centres ne constituent pas des filiales, mais un réseau de partenaires. Quelque 2500 chercheurs s’y sont inscrits depuis 20 ans.

Ce réseau académique a pour tâche de mûrir une réflexion pluridisciplinaire avec une triple orientation. Le premier axe porte sur les possibilités de développement durable avec la prise en compte des liens entre les structures économiques, sociales et culturelles ; l’analyse du renouvellement de la pensée du développement en constitue un aspect important. Le second aborde la mondialisation à partir des mécanismes de transition ; un accent particulier est mis sur les processus d’intégration et leurs liens avec les périphéries immédiates sous leurs aspects commerciaux, géopolitiques et démographiques. Le troisième relève des dynamiques entrepreneuriales avec la transformation des structures et de leur logique sous l’impulsion de la mondialisation, les interférences des processus culturels et les effets des nouvelles techniques de communication.

Le réseau CEDIMES est un lieu de rencontres, d’échanges et de partage où chacun vient, porteur de ses spécificités, mais à l’écoute de celles des autres pour mieux comprendre et les prendre en compte dans l’appréhension de la globalisation. En utilisant le français, ce réseau s’inscrit dans la francophonie. Dans un espace de convivialité, sa communauté scientifique composée de chercheurs confirmés et d’enseignants de renom, mais aussi de jeunes chercheurs, combine une approche académique rigoureuse à la richesse d’une pensée scientifique internationale diversifiée.

L’institut organise des forums. C’est ainsi qu’un colloque international fédérateur annuel centré sur les axes majeurs est organisé avec l’un des CEDIMES. Les derniers se sont tenus au Mali, en Croatie, en Roumanie, en France, à Madagascar, au Canada, en Turquie… Il organise également des colloques régionaux sur des thèmes plus pointus ou à portée plus locale sont lancés à l’initiative des CEDIMES nationaux ou sont labellisés par l’Institut, pour valoriser une équipe et son ouverture internationale.

L’institut diffuse par ailleurs des connaissances. Son réseau participe en effet à des cursus universitaires en Licence et Master en Economie et Gestion à Paris, en Afrique subsaharienne, en Europe orientale, en Asie centrale et en Extrême-Orient. Il mise en place de collèges doctoraux réguliers à Paris et au Maghreb ; lesquels permettent de stimuler une élite estudiantine internationale et d’accompagner ces jeunes doctorants dans leurs recherches. Il organise aussi annuellement des Universités d’été en Chine dans l’une des grandes universités du Yunnan. Il a par ailleurs créé un Campus Universitaire International Francophone pour les Sciences de gestion et d’Economie en Europe Centrale.

L’institut dispose d’outils pour la valorisation des résultats de la recherche. Parmi ces outils, l’on peut citer l’annuel Conjoncture qui, en partenariat avec le quotidien Les Echos, a passé au crible les cinq dernières années du siècle ; Les Cahiers du CEDIMES, une revue scientifique trimestrielle à comité de lecture ; la collection Mouvements Economiques et Sociaux (MES) qui publie des travaux d’auteurs et compilations collectives au rythme de un à deux ouvrages par an, depuis deux décennies.

Depuis 2008, quatre Prix Internationaux de la Recherche (du mémoire Master aux travaux post-doctorat), portant sur « les processus de développement » couronnent chaque année des études originales avec le soutien d’institutions publiques et parapubliques prestigieuses et des universités./

 

 

Related Blogs

6dd9cef4b300c3524ae091231d0afbcbfffffffffffffffffffffffffffff