Prof. Idrissou Allioum

Alioum11

« Les visiteurs sont émerveillés par ce que nous présentons »

Maroua, SIC/UDs – 09 mai 2018.Le Recteur de l’Université de Maroua qui accueille la 21e édition des Jeux Universitaires a fait le point sur la participation de son Université à cette compétition et sur l’organisation en général. C’était au cours d’une Conférence de presse donnée ce mercredi à la salle des actes du Rectorat au campus de Kongola. Après la conférence, il est revenu sur les défis et les difficultés confrontés au cours de l’organisation de ces Jeux.

Pouvons-nous dire aujourd’hui que c’est pari tenu les Jeux Universitaires Maroua 2018 ?

Prof. Idrissou Allioum :Je pense qu’il n’y a pas de doute que le pari de son Excellence M. Paul Biya, Chef de l’Etat, Président de la République qui a bien voulu que l’Université de Maroua accueille cette 21e édition des Jeux Universitaires est tenu. Tenu non pas effectivement par le simple effort des autorités universitaires, encore moins du comité interne, du comité local, mais pari tenu en rapport avec toutes les différentes composantes qui ont été mobilisées pour que cette 21e édition se tienne. Je vous comprends. L’heure n’est pas aux records, l’heure n’est pas comme je le disais à la construction des infrastructures olympiques mais l’heure est tout simplement au déroulement, à la tenue de cette 21e édition des Jeux Universitaires. Pari gagné, oui.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez fait face ?

Prof. Idrissou Allioum :Je pense que du moment où les Jeux se tiennent, les plus grandes difficultés ont été vaincues. Le plus important c’est d’avoir certes une volonté, mais également il faut avoir les moyens. Mais je pense qu’avec l’accompagnement de toutes les différentes composantes au rang desquelles la plus haute autorité étatique, nous étions certains que ce pari pouvait être tenu et que cette 21e édition des Jeux Universitaires allait effectivement se dérouler. Il est évident qu’il y a des difficultés ça et là, de divers ordres, de diverses natures. Nous pensons qu’avec la tenue de cette 21e édition, dire qu’il y avait des difficultés et tenir les Jeux, c’est à peu près comme ça. Disons effectivement qu’il y a des imperfections, des dysfonctionnements, des désagréments ça et là qu’on est en train de corriger.

Quelles sont les perspectives pour l’Université de Maroua ?

Prof. Idrissou Allioum :Je pense que fondamentalement, juste après ces Jeux Universitaires, il va falloir d’abord finaliser toutes ces infrastructures sportives. C’est une priorité majeure. Et après la réalisation de toutes ces infrastructures sportives, nous allons faire en sorte que l’Université de Maroua, en rapport avec cet aspect, en rapport avec cet évènement sportif, culturel et cognitif, nous puissions faire mieux que Maroua 2018. Je crois que c’est notre perspective et nous pensons que là aussi, le pari pourra être tenu./ VK

Related Blogs

quis adipiscing elit. felis risus ut libero vel, id, in nunc