Ces étudiants qui créent à la FASA

js1

Les prototypes inventés par le Génie Rural de l’UDs

Dschang, UDs/SIC-07/11/2018. La semaine scientifique et culturelle de l’Université de Dschang (UDs) a été l’occasion pour les étudiants du Département du Génie Rural, à la Faculté d’agronomie et des sciences agricoles (FASA), d’exposer les prototypes qu’ils ont inventés. Au nombre de 8, ils ont fait l’objet de soutenance de master par les étudiants de ce Département en juillet 2018. Guidés par Feyçal Pepouna, Ingénieur de Génie Rural et étudiant en Master Recherche, nous les découvrons au stand de la FASA, sis au village de l’exposition. Il s’agit de :

  • L’écaboteuse à cacao est mise au point par Mongoué Michel. Cette invention entend faciliter l’effort humain consacré à l’écabotage du cacao afin de répondre aux normes internationales en matière de production de cacao. En effet, explique-t-il, « les méthodes de transformations habituellement influencent la qualité finale du produit, car on utilise souvent la machette. Cette écaboteuse vient minimiser l’effort humain. Avec environ 1,2 litre de carburant on peut écaboter 3 500 cabots de cacao par heure avec une efficience relativement de 100 % en ce qui concerne la qualité du produit ».
  • Le suiveur solaire  automatique est mise au point par Fola Ghislain. Cette invention est née du constat suivant lequel, nous avons pour habitude d’utiliser les plaques solaires pour produire de l’électricité. Mais, précise-t-on, « l’inconvénient cependant est qu’on est obligé de les maintenir à une position fixe pour attendre un moment particulier de la journée pour que la production d’énergie soit optimale ». Avec ce dispositif, en fonction de la région du globe où on se trouve, on peut ainsi suivre la position du soleil et avoir le maximum d’énergie à tout moment. En fait, le suiveur automatique est doté d’un capteur de contrôle qui identifie la position du soleil et s’oriente vers cette position afin d’avoir la capacité optimale de production d’énergie électrique. Il est fait à base de matériaux accessibles, et le prix est aussi à la portée de la classe moyenne.
  • L’extracteur d’huiles essentielles est inventé par Fetio Nasse. Cet appareil extraie des huiles essentielles à base de l’eucalyptus et de certaines plantes utilisables en pharmacie, à but thérapeutiques et aussi alimentaires. « Celles-ci coûtent chères dans les supermarchés. Mais avec cette technologie, on peut les avoir à un coût abordable », ajoute Pepouna.
  • L’extracteur de miel : mise au point par Tiofack Nicolas, pour éviter la destruction des mies, il optimise le temps de travail et réduit les efforts fournis. Avec cet extracteur, on a 80 % d’efficience, et on peut facilement le vulgariser auprès de la population à un prix abordable et obtenir un rendement considérable.
  • Une peleuse automatique de pommes. Mise au point par Sonfack Thibault, cet appareil permet de nettoyer les pommes. En effet, en l’espace d’une minute, elle a la capacité de production d’un demi-seau de pommes.
  • Un système de production d’énergie éolienne en milieu rural : « ce système permet d’alimenter les ménages en milieu rural. En fonction de la vitesse du vent on peut aussi l’utiliser pour stocker de l’énergie. Donc c’est la promotion des énergies renouvelables, comment produire moins et avoir accès aux services de bases comme l’éclairage, charger les téléphones, les machines en milieu rural etc.», explique notre guide. L’objectif est de faciliter la vie aux populations rurales, ceci à un coup assez abordable. Le mécanisme de fonctionnement de cet appareil est le suivant : il suffit d’introduire des pales, et à travers un mouvement de rotation d’un fil conducteur dans un champ magnétique, il y a déplacement des électrons et production du courant électrique.
  • Un séchoir solaire: comme son nom l’indique, c’est le solaire qui est utilisé comme source de production de chaleur. Cette chaleur est emprisonnée dans une chambre où on trouve des étagères. L’air chaud ayant tendance à monter, il sèche les produits qui se trouvent dans ces étagères. Les produits qui y sont peuvent être interposés en fonction des périodes ou de l’ordre de séchage. La superficie de séchage peut être augmentée en fonction de la capacité de captage du soleil.
  • Un cuiseur solaire: c’est un dispositif utilisé pour capter les rayons de soleil à l’aide d’une parabole. Quand le captage est parabolique, la parabole reflète les rayons solaires au centre où nous avons une marmite noire qui reçoit cette énergie solaire et la transforme en chaleur. On peut donc ainsi utiliser cette énergie pour chauffer de l’eau et de la nourriture. Cela permet de réduire les factures à la fin du mois. Cet équipement est beaucoup plus préconisé sous les tropiques où l’intensité du soleil est abondante et où il peut y avoir des durées d’insolation considérables. /LP

Related Blogs

porta. Curabitur justo massa ut dolor dapibus ut quis, ut pulvinar dictum