Classement Webometrics

WhatsApp Image 2019-03-06 at 15.44.11

L’UDs, Primus Inter Pares en Afrique Centrale

Dschang,UDs/SIC-05/03/19.Le Cybermetrics Lab, Laboratoire du Conseil National pour la Recherche Espagnole, vient de publier le « Webometrics Ranking » des meilleures universités mondiales pour le deuxième semestre de l’année 2018. Le « Webometrics ranking » classe les universités mondiales selon des performances mesurées d’après leur présence et leurs activités sur internet. Et comme au premier semestre 2018, l’Université de Dschang a conforté sa place de première université au Cameroun et en Afrique centrale (CEMAC). Au Cameroun, l’UDs devance les Universités de Buéa (145e africain) et de Douala (172e africain). Une performance qui honore les efforts de la Dynamique Collective.

Au cours du second semestre 2018, l’UDs, outre le fait d’avoir confirmé et maintenu son leadership au Cameroun et dans la sous-région Afrique centrale (CEMAC), a fait son retour dans le top 100 des meilleures Universités africaines, notamment à la 100ème position. C’est la quatrième fois depuis juillet 2014, que l’UDs intègre le top 100 africain. Si l’UDs et les universités Camerounaises dominent le classement sous régional en Afrique centrale, le classement africain quant à lui est dominé par les universités anglo-saxonnes, notamment celles d’Afrique du sud qui occupent les cinq premiers rangs. Le trio de tête africain est constitué des Universités de Cape Town (272e mondial), Witwatersrand (446e mondial) et de Pretoria (451e mondial).

En Afrique francophone, l’UDs occupe le 24e rang dans un classement dominé par les universités marocaines et algériennes. En Afrique subsaharienne, l’UDs occupe le 56e rang. Comme le classement africain, il est dominé par les Universités sud-africaines. En Afrique subsaharienne francophone, l’UDs occupe le 4e rang, derrière les uninersités d’Abomey Calavi (74e africain), Cheikh Anta Diop de Dakar (80e africain) et de Ouagadougou (99e africain).

Au niveau mondial, l’UDs occupe le 3474e rang mondial. C’est sa 5e meilleure performance mondiale depuis qu’elle est classée. Le classement mondial est dominé par les Universités nord américaines. Le trio de tête est constitué des universités d’Harvard (1ère), Standford (2e) et du Massachusetts Institute of Technology (3e).

Une progression remarquée 

En faisant son retour dans le top 100 Africain, l’UDs confirme sa progression. Cette dernière est perceptible dans les critères dudit classement. En effet, il existe quatre critères répartis dans deux grandes catégories comptant chacun pour 50%. Il s’agit de la visibilité et l’impact des activités dans les moteurs de recherche. L’impact des activités de recherche quant à lui a trois critères : « l’Excellence rank » qui compte pour 35%, « l’Openness rank », 10% et la « Presence rank », 5%. Comme au dernier classement, la meilleure position occupée par l’UDs dans l’un de ces critères vient de « l’Excellence rank ». Dans ce critère qui renvoie aux travaux académiques publiés dans les revues scientifiques à forte réputation, l’UDs occupe la 2480e place mondiale. Curieusement, elle y enregistre une régression de 5 places par rapport au précédent classement où elle était 2475e mondiale. Au Cameroun, elle occupe la deuxième position, derrière l’Université de Yaoundé 1 (1626e) et devant l’Université de Buéa (2692e).

Le « Presence rank » est le critère dans lequel l’UDs a enregistré sa plus forte progression dans ce classement. Le « Presence rank » renvoie aux nombres de pages web identifiés par les moteurs de recherche qui redirigent vers des contenus sur le site de l’Université. Au second semestre 2018, l’UDs a occupé le 5715e rang. Elle fait une progression de 9523 places par rapport au classement de juillet 2018 où elle occupait la 15238e place mondiale. L’UDs doit cette position non seulement à une actualisation régulière de son site web mais aussi à une utilisation bénéfique des réseaux sociaux (Facebook et Twitter), mais aussi à la portée internationale des évènements qu’elle a abrité et à l’esprit de travail d’équipe du Service de l’Information et des Conférences. Au Cameroun, l’UDs occuppe la première position dans ce classement. Elle devance l’IFORD (9409e) et National Polytechnic de Bambui (9948e). 

« L’Openness rank » est le critère qui concerne l’accès libre aux publications scientifiques et aux matériels pédagogiques sous différents formats : PDF, Microsoft Word, Microsoft PowerPoint. Pour mesurer les performances des Universités dans ce critère, le Cybermetrics Lab utilise l’indicateur Scholar. Il permet de calculer avec Google Scholar, le nombre d’articles et de citations pour chaque domaine académique. Dans ce critère, l’Université de Dschang est classée 3460e soit la 1ère place au niveau national. Elle devance ici les Universités de Buéa (3998e) et de Yaoundé 1 (4420e).

La deuxième catégorie du classement est la visibilité, avec pour unique critère « l’Impact rank ». Ce dernier est, selon la méthodologie du Cybermetrics lab, une pondération de 50% total de la performance, qui prend en compte le nombre total de liens entrants externes (inlinks) uniques. Ce sont en effet les sites web qui parlent de l’Université de Dschang sans que ce ne soit forcément le site web officiel de l’institution. Dans le présent classement, l’UDs occupe la 10955e place mondiale. Elle réalise une progression de 326 places par rapport au classement de juillet.

Une reprise en main de la présence sur internet

L’objectif du classement webometrics est de promouvoir la présence des universités sur le web, d’appuyer les initiatives d’Open Access pour transférer les savoirs construits à l’Université vers la société. On constate au niveau des critères que l’UDs a fait sa meilleure progression au niveau de la présence sur internet. Ceci est la résultante d’une dynamique de présence de plus en plus accrue mise en place par le Service de l’Information et des Conférences. Cette dynamique est portée par la publication régulière des contenus sur le site web et la popularisation de ces contenus sur les réseaux sociaux de l’Institution, notamment Facebook et Twitter. Une démarche que prône le CSIS (Conseil national pour la recherche scientifique d’Espagne) qui est à l’origine du classement Webometrics. Pour ce Conseil, la présence d’une université sur internet est un reflet de « son investissement en matière d’enseignement, des résultats de sa recherche, de son prestige international et de ses liens avec sa communauté et les secteurs économiques et industriels ».

MMF

Classement des universités camerounaises

  Rang national Rang africain Rang mondial Visibilité (50 %) Activités (50 %)
Impact Présence Ouverture Excellence
Université de Dschang  1 100 3474 10955 5715 3460 2480
Université de Buéa  2 145 4118 13418 17981 3998 2692
Université de Douala 3 172 4614 12903 18533 6964 3098
Université de Ngaoundéré 4 180 4852 12983 11653 6143 3655
Université de Yaoundé 1 5 191 5253 25109 19985 4420 1626
IFORD 6 649 16369 15466 9409 11401 6033
FOMIC Polytechnic  7 655 16468 13508 27177 11401 6033
UCAC 8 749 17794 16363 20131 11401 6033
Université des Montagnes 9 923 20006 17563 27495 11401 6033
Bamenda University of Science and Technology 10 950 20420 18937 25940 11401 6033
ENAM  11 1009 21038 20209 22357 11401 6033
Catholic University of Cameroon  12 1022 21183 20291 23110 11401 6033
Université Adventiste Cosendai  13 1084 21846 21427 19758 11401 6033
Université de Maroua 14 1230 23427 22357 26741 11401 6033
National Polytechnic Bambui 15 1339 24654 25313 9948 11401 6033

Le classement Webometrics est disponible ici :

Cameroun : www.webometrics.info/en/Africa/Cameroon

Afrique subsaharienne : www.webometrics.info/en/Sub-Saharan

Afrique : www.webometrics.info/en/Africa 

Monde : www.webometrics.info/en/world  

 

 

 

Related Blogs

sem, accumsan efficitur. pulvinar amet, tristique