Echange de vœux à l’Enseignement supérieur

VM6

La communauté universitaire nationale à l’Amphi 700 de Yaoundé I

Intense moment de symbiose universitaire à l’Amphi 700 de Yaoundé I

Yaoundé, UDs/SIC – 27/01/2017. La communauté universitaire nationale a présenté ses vœux du nouvel an au ministre de l’Enseignement supérieur et chancelier des Ordres académiques, le Professeur Jacques Fame Ndongo. La cérémonie a eu lieu à l’Amphi 700 de l’Université de Yaoundé I le 27 janvier 2017. Contrairement aux deux dernières années (2015 et 2016) où les cérémonies de ce genre avaient été réduites à leur plus simple dimension symbolique du fait de la guerre contre Boko Haram qui en était au zénith, le rituel de vendredi a renoué avec le faste qui caractérisait les échanges de vœux au ministère de l’Enseignement supérieur (MINESUP).

Outre le personnel des services centraux du ministère et des structures rattachées, les 08 universités d’Etat ont honoré le rendez-vous. Chaque institution avait une délégation constituée des enseignants promus au rang magistral et de 15 personnes en dehors du recteur et du président du Conseil d’administration. Les délégations des écoles sous-tutelle du MINESUP (Institut national de la jeunesse et des sports, Ecole nationale supérieure des travaux publics, SUPTIC anciennement connu sous la dénomination Ecole supérieure des postes et télécommunications) étaient aussi de la partie. De même, les instituts privés d’enseignement supérieur – le Cameroun en compte 215 aujourd’hui – ont répondu présent comme à l’accoutumée. Les syndicats et associations, dont principalement la Mutuelle du personnel de l’Enseignement supérieur et la Fédération nationale du sport universitaire, n’étaient pas en reste. L’amphithéâtre était archicomble : places assises presqu’insuffisantes, difficultés à circuler à l’intérieur à certains moments, esplanade garni de troupes de danses qui donnaient du rythme à la célébration, etc.

Cinq temps forts

L’événement a connu cinq principaux moments : la remise des décorations à certains membres de la communauté universitaire, la remise des lettres de félicitations d’une part aux personnels admis à faire valoir leurs droits à la retraite et d’autre part à certains agents du MINESUP, la présentation des enseignants inscrits sur les listes d’aptitude au rang magistral à l’issue des dernières sessions du Comité consultatif des institutions universitaires, l’allocution du secrétaire général du MINESUP et le discours du ministre chancelier des Ordres académiques, la présentation des vœux proprement dite. Certaines personnes ayant reçu des distinctions ou alors simplement présentés ont fait bouger l’amphi par de fortes acclamations. Ainsi en est-il de Jean-François Nguegang distingué dans l’Ordre national de la valeur, de Paul Célestin Ndembiyembe élevé au grade de Professeur titulaire et de Mathias Eric Owona Nguini inscrit sur la liste d’aptitude au grade de Maître de conférences.

Dans son allocution, le secrétaire général, Professeur Ngomo Horace Manga, a affirmé que le ministère a sereinement avancé dans ses 04 programmes prioritaires au cours de l’année écoulée, malgré quelques perturbations survenues en fin 2016 dans les universités de Bamenda et de Buéa. Le ministre chancelier des Ordres académiques, Professeur Jacques Fame Ndongo, a félicité et encouragé tous les membres de la communauté universitaire pour le travail abattu. Il a appelé les enseignants des universités de Bamenda et de Buéa à reprendre massivement le chemin des amphis, avant d’insister sur le cap qui doit désormais être mis sur le numérique éducatif, clé de voûte du nouveau paradigme de l’enseignement supérieur.

Les différentes interventions ont été marquées, entre autres, par une expression quasi-égale de l’anglais et du français. Le secrétaire général dont la première langue officielle d’expression est l’anglais, a commencé son allocution en français, lequel a interféré tout le long de son intervention-bilan. Le ministre qui est un esthète du français a attaqué son discours par l’anglais qui est revenu de temps en temps jusqu’à la fin. Même dans les intermèdes récréatifs, l’on a ressenti ce bilinguisme officiel, notamment dans la comédie du Keguegue International. De 11h15 à 14h45, le millier de personnes ayant fait le déplacement de Ngoa-Ekelle a vécu un intense moment de symbiose universitaire. La fête était belle./

Related Blogs

d27296e8426f3bde0af8ad7e634f6007^^^^^^^^^^^^^^^^^^^